PEACE / Action Solidaire

samedi, juillet 07, 2007

Atélier de renforcement des capacités des jeunes sur les APE - Video d'un participant

SERGE

jeudi, juin 07, 2007

Burkina Faso: Les paysans ouest-africains disent "non" à Ouaga

"Non aux Accords de partenariat économique (APE) avec l'Union européenne." C'est ce slogan qui a rythmé la marche organisée par la Confédération paysanne du Faso (CPF) et le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest (ROPPA) le 1er juin dernier à Ouagadougou, alors que les ministres de la CEDEAO étaient en conclave dans la capitale burkinabè.
A l'issue de leur marche, les organisations paysannes et les producteurs agricoles sont allés remettre aux autorités un mémorandum à travers lequel ils marquent leur refus des APE.

Ouagadougou abrite du 1er au 5 juin 2007 une session ordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO. Entre autres sujets inscrits au menu de cette importante rencontre, les négociations sur les Accords de partenariat économique (APE) avec l'Union européenne. A cette occasion, la Confédération paysanne du Faso (CPF), en collaboration avec le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest (ROPPA) et des organisations de la société civile du Burkina, a organisé une série de manifestations dans la capitale burkinabè en vue d'interpeller et d'établir un dialogue avec les autorités nationales et sous-régionales sur les enjeux liés aux APE. C'est ainsi qu'en plus d'une marche de protestation qu'elles ont effectuée dans la matinée du 1er juin, elles ont procédé à la remise d'un mémorandum aux autorités le même jour à l'issue de la marche, à la place de la Nation.

A travers leur mémorandum, les organisations paysannes et les producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest exigent des administrations et institutions de la CEDEAO en charge des négociations sur les accords commerciaux que ne soient pas signés les APE avec l'Union européenne tant qu'un certain nombre de préalables, également contenus dans ledit mémorandum, ne seront pas garantis. C'est le secrétaire général du ministère de l'Agriculture, de l'Hydraulique et des Ressources halieutiques, Ibrahim Coulibaly, qui a réceptionné la lettre pour transmission aux autorités sous-régionales de la CEDEAO et de l'UEMOA.
Selon N'Diogou Fall, président du comité exécutif du ROPPA, les APE sont fondamentalement opposés à l'esprit de la politique agricole de la CEDEAO. "Les APE, a-t-il dit, constituent la mort de l'agriculture ouest-africaine."
Le Pays (Ouagadougou)
5 Juin 2007Publié sur le web le 5 Juin 2007
Lassina Sanou

Journée Mondiale du Commerce Equitable 2007 contre les accords commerciaux inéquitables entre l'Europe et l'Afrique, les Caraïbes et le Pacifique.



La Plateforme des Etudiants Africains pour un Commerce Equitable (PEACE) en partenariat avec OXFAM International, Sup de Co Dakar, les Associations des étudiants et jeunes et autres organisations de la Société Civile du Sénégal ont organisé le samedi 12 mai 2007 la célébration de la IVème Edition de la journée mondiale du Commerce Equitable pour dire NON à la signature des Accords de Partenariat Economique (APE) en cours de négociations entre l'Union Européenne et les régions ACP.Au cours de la semaine, trois activités ont drainées près de 2000 étudiants et jeunes. Une exposition contre les APE du 9 au 12 mai à la bibliothèque Universitaire, Une conférence le 11 mai à 15 heures au CESAG sur les « Enjeux et perspectives des Accords de partenariat Economique ». le tout couronné par une marche sportive.

L’exposition à la bibliothèque Universitaire de Dakar, du 9 au 12 mai 2007, a vu la participation et l’engouement des étudiants. Plusieurs étudiants de la faculté d’économie s’y sont prêtés au jeu de l’équipe de PEACE pour expliquer les enjeux des APE, les défis pour l’Afrique, etc.…

La conférence s'est tenue à la Salle de conférence du CESAG, le vendredi, 11 mai 2007 à 15h. Le panel était constitué de : Mignane DIOUF du CONGAD, Eric Hazard d'Oxfam International, Dominique JENKINS Oxfam America, Mailck Faye du Groupe Sup Deco, Mamadou BARRY, Eric DOMBOU et Jean-Blaise ADJELAKARA MOSSUS de PEACE. Eric Hazard a communiqué sur le Concept des APE, position de l’Union Européenne (UE) et enjeux pour les Pays ACP ; Mignane DIOUF sur la position et rôle de la société civile face à la problématique des APE, Dominique JENKINS sur les actions menées par les ONG face à la problématique des APE et Malick FAYE sur les impacts Socio-économiques des APE, quelles perspectives pour les pays ACP.La conférence s'est achevée sur une série des questions – réponses, des recommandations et des interpellations à l’endroit de tous les acteurs de la société. La journée du samedi 12 mai fût marquée par une grande marche sportive contre la signature des APE. Des jeunes, étudiants et rollers, en tête de la marche, plusieurs représentants d'ONG, Associations de producteurs locaux et d'autres composantes de la société civile sénégalaise se sont mobilisés à travers des slogans (« Stop APE »), chants, danses et démonstrations avec des banderoles et pancartes portant différents messages dénonçant les négociations commerciales en cours dans le cadre des APE. Partant de l'esplanade du Bâtiment A de la cité Universitaire - Route de Ouakam cette marche est passée successivement par la médina, rond point de la poste et s’est termine devant le siège de la RTS (Radio Télévision Sénégalaise) ciblée pour relayer les messages forts adressés aux Gouvernements, Négociateurs Africains et Européens. A l’arrivée, les marcheurs ont instaurés un « sitting » à l’entrée de la RTS pour signifient leur désapprobation à la signature des Accords de partenariats économique sous leur forme actuelle. Monsieur Mamadou BARRY, Coordonnateur de PEACE a donné des interviews à la RTS, RDV, Canal Info, la presse écrite, Internet pour présenter la position des jeunes et étudiants sur la question APE.

By J Marc FEUSSSOM

mardi, mai 08, 2007

Programme de la célébration de la Journée 2007

Programme de la célébration de la Journée
Mondiale du Commerce Equitable
~~~~~~
9 – 12 mai 2007

9-12 mai 2007 : Exposition à la bibliothèque de l’UCAD
9 heures – 18 heures

11 mai 2007 : Conférence sur les APE au CESAG

Avec Monsieur Mamadou DIOP DECROIX, Ancien ministre du Commerce
Oxfam International, Sup de CO, Congad, UE,

14 h 30 : arrivée des Invités
14 h 40 : mise en place des invités
14 h 45 : arrivée des panélistes
14 h 50 : mise en place des panéliste
14 h 55 : Mot de bienvenue
15 h 00 : Début de la conférence « Enjeux et perspectives des Accords de Partenariat Economique pour les pays ACP »
16 h 30 : débat et questions
17 h 00 : Fin de la conférence
17 h 05 : cocktail

11 mai 2007 : Concert au stade de basket-ball de la Cité Universitaire
Thème : « Stop APE » - 20 heures

12 mai 2007 : Marche pacifique – Slogan « Stop APE »

Départ : 10 heures

Itinéraire : RTS – Union Européenne

Invitation à la Journée Mondiale du Commerce Equitable 2007

Objet : Invitation à la Journée Mondiale du Commerce Equitable 2007

Chers partenaires,

Dans le cadre de la célébration de la 4ème édition au Sénégal de la Journée Mondiale du Commerce Equitable, la Plateforme des Etudiants Africains pour un Commerce Equitable (PEACE) a le plaisir de vous inviter à prendre part à ses activités.

La particularité de cette édition réside sur le fait qu’elle soit identifiée par la Coalition des jeunes africains comme tribune pour la mobilisation contre la signature des APE.

En espérant de vous compter parmi nos invités, veuillez agréer l’expression de nos salutations distinguées

PEACE Sénégal

mercredi, avril 25, 2007

Quelques Citations - Contre les APEs - Mamadou Diop Decroix - Sénégal

LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL

« S'engager dans un tel Accord de Partenariat Économique, c'est accepter un chèque en blanc et c'est aussi faire accepter un chèque en blanc à toute votre population. »

Mamadou Diop, Ministre sénégalais du commerce, lors des Relations commerciales ACP-UE : l'enjeu des APE pour le développement, Bruxelles, le 12 octobre 2006

« Jusqu’à présent, nos besoins et nos préoccupations en matière de développement n'ont pas été pris en compte par l’UE … Adopter un plan avant d'évaluer son impact sur nos économies est absurde et, malgré tout, c’est ce qu'on nous demande de faire, »…

Mamadou Diop, Ministre sénégalais du commerce, lors des Relations commerciales ACP-UE : l'enjeu des APE pour le développement, Bruxelles, le 12 octobre 2006

« En Afrique occidentale, nous n'avons pas effectué d'études d'impact, nous ne pouvons donc pas signer un accord. Aucun gouvernement qui a le sens des responsabilités ne peut faire cela. Nous pouvons continuer à discuter, mais nous ne pouvons pas signer. On ne peut nous obliger à signer un accord qui va à l'encontre des intérêts de la population. »

Mamadou Diop, Ministre sénégalais du commerce, à une séance de travail, lors des Relations commerciales ACP-UE : l'enjeu des APE pour le développement, Bruxelles, le 12 octobre 2006

Accords de partenariats Economiques! Pourqoui Non?



Depuis 2002, l'Union européenne (UE) et les pays de l'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) négocient des Accords de Partenariat Economique (APE) dans le cadre de l'Accord de Cotonou. Ces APE visent à conclure de «nouveaux accords commerciaux compatibles avec les règles de l'OMC en supprimant progressivement les entraves aux échanges» entre l'UE et les pays ACP, en se fondant sur «les initiatives d'intégration régionale des Etats ACP» et en encourageant «le développement durable et en contribuant à l'éradication de la pauvreté dans les pays ACP».
Les APE dans leur forme actuelle, constituent essentiellement des accords de libre-échange.
L'UE insiste sans cesse pour que les APE soient fondés sur une interprétation stricte des règles de l'OMC visant la suppression de toutes les entraves pour plus de 90% des échanges commerciaux entre l'UE et l'ACP, et ce dans des délais de transition les plus brefs possibles. L'UE exige, en outre, des négociations sur l'investissement, la concurrence, la facilitation du commerce, les marchés publics, la protection des données et les services. Pour les quatre premiers domaines précités, les pays ACP ont refusé de négocier à l'OMC, estimant qu'ils auront des conséquences négatives sur le développement. Sous prétexte d'un «partenariat pour le développement », l'UE est en train de réintroduire, au travers des APE, le programme libre-échangiste de l'OMC.
Malgré une forte réticence des pays ACP, la Commission européenne exerce de lourdes pressions économiques et politiques sur ceux-ci afin qu'ils se précipitent, sans préparation adéquate, dans des négociations de libre-échange sur les APE. Les voix qui se sont fait entendre en Europe et dans les pays ACP, pressant la Commission européenne de chercher d'autres options, ont tout simplement été ignorées. En raison de leur dépendance massive à l'aide au développement, les gouvernements ACP n'ont eu d'autre choix que de céder devant les exigences de l'UE visant à l'ouverture de leurs marchés aux produits et aux services européens. L'insistance assourdissante mise dans les négociations des APE sur la libéralisation des échanges démontre que ces négociations ne visent qu'à élargir l'accès de l'Europe aux marchés ACP plutôt qu'à assurer le développement des pays ACP.

Les efforts d'intégration régionale sont au cœur des stratégies de développement des pays ACP. Les APE vont mettre en danger le fragile processus d'intégration régionale et exposeront les producteurs des pays ACP à la concurrence déloyale de l'Europe sur les marchés internes et régionaux. Ils auront pour résultats l'augmentation du chômage, la perte de moyens d'existence, l'insécurité alimentaire et l'inégalité sociale. Les gouvernements ACP vont subir des pertes substantielles de revenus du fait de la suppression des droits de douane et continueront à souffrir des problèmes de fuites de capitaux associés à la libéralisation. La Commission européenne a beau soutenir que les APE sont des « instruments de développement », toutes les évaluations faites jusqu'à présent indiquent que le fardeau de l'ajustement aux APE sera exclusivement supporté par les pays ACP, y compris les PMA.
L'UE a réduit les objectifs d'éradication de la pauvreté et de développement durable de l'Accord de Cotonou de sorte qu'ils ne servent que ses propres intérêts de libéralisation du commerce et de l'investissement. Les APE augmenteront la domination et la concentration des entreprises, des biens et des services européens. Par conséquent, les APE aggraveront - et prolongeront - le déclin socio-économique et la fragilité politique qui caractérisent la plupart des pays ACP. Pour les pays ACP, des APE fondés sur des accords commerciaux réciproques n'ont aucun sens sur le plan économique ou du développement.
Par conséquent, nous rejetons ces «Accords de Partenariat Economique» tels qu'actuellement conçus.Depuis 2002, l'Union européenne (UE) et les pays de l'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) négocient des Accords de Partenariat Economique (APE) dans le cadre de l'Accord de Cotonou. Ces APE visent à conclure de «nouveaux accords commerciaux compatibles avec les règles de l'OMC en supprimant progressivement les entraves aux échanges» entre l'UE et les pays ACP, en se fondant sur «les initiatives d'intégration régionale des Etats ACP» et en encourageant «le développement durable et en contribuant à l'éradication de la pauvreté dans les pays ACP».
Les APE dans leur forme actuelle, constituent essentiellement des accords de libre-échange.
L'UE insiste sans cesse pour que les APE soient fondés sur une interprétation stricte des règles de l'OMC visant la suppression de toutes les entraves pour plus de 90% des échanges commerciaux entre l'UE et l'ACP, et ce dans des délais de transition les plus brefs possibles. L'UE exige, en outre, des négociations sur l'investissement, la concurrence, la facilitation du commerce, les marchés publics, la protection des données et les services. Pour les quatre premiers domaines précités, les pays ACP ont refusé de négocier à l'OMC, estimant qu'ils auront des conséquences négatives sur le développement. Sous prétexte d'un «partenariat pour le développement », l'UE est en train de réintroduire, au travers des APE, le programme libre-échangiste de l'OMC.
Malgré une forte réticence des pays ACP, la Commission européenne exerce de lourdes pressions économiques et politiques sur ceux-ci afin qu'ils se précipitent, sans préparation adéquate, dans des négociations de libre-échange sur les APE. Les voix qui se sont fait entendre en Europe et dans les pays ACP, pressant la Commission européenne de chercher d'autres options, ont tout simplement été ignorées. En raison de leur dépendance massive à l'aide au développement, les gouvernements ACP n'ont eu d'autre choix que de céder devant les exigences de l'UE visant à l'ouverture de leurs marchés aux produits et aux services européens. L'insistance assourdissante mise dans les négociations des APE sur la libéralisation des échanges démontre que ces négociations ne visent qu'à élargir l'accès de l'Europe aux marchés ACP plutôt qu'à assurer le développement des pays ACP.
Les efforts d'intégration régionale sont au cœur des stratégies de développement des pays ACP. Les APE vont mettre en danger le fragile processus d'intégration régionale et exposeront les producteurs des pays ACP à la concurrence déloyale de l'Europe sur les marchés internes et régionaux. Ils auront pour résultats l'augmentation du chômage, la perte de moyens d'existence, l'insécurité alimentaire et l'inégalité sociale. Les gouvernements ACP vont subir des pertes substantielles de revenus du fait de la suppression des droits de douane et continueront à souffrir des problèmes de fuites de capitaux associés à la libéralisation. La Commission européenne a beau soutenir que les APE sont des « instruments de développement », toutes les évaluations faites jusqu'à présent indiquent que le fardeau de l'ajustement aux APE sera exclusivement supporté par les pays ACP, y compris les PMA.
L'UE a réduit les objectifs d'éradication de la pauvreté et de développement durable de l'Accord de Cotonou de sorte qu'ils ne servent que ses propres intérêts de libéralisation du commerce et de l'investissement. Les APE augmenteront la domination et la concentration des entreprises, des biens et des services européens. Par conséquent, les APE aggraveront - et prolongeront - le déclin socio-économique et la fragilité politique qui caractérisent la plupart des pays ACP. Pour les pays ACP, des APE fondés sur des accords commerciaux réciproques n'ont aucun sens sur le plan économique ou du développement.
Par conséquent, nous rejetons ces «Accords de Partenariat Economique» tels qu'actuellement conçus.Depuis 2002, l'Union européenne (UE) et les pays de l'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) négocient des Accords de Partenariat Economique (APE) dans le cadre de l'Accord de Cotonou. Ces APE visent à conclure de «nouveaux accords commerciaux compatibles avec les règles de l'OMC en supprimant progressivement les entraves aux échanges» entre l'UE et les pays ACP, en se fondant sur «les initiatives d'intégration régionale des Etats ACP» et en encourageant «le développement durable et en contribuant à l'éradication de la pauvreté dans les pays ACP».
Les APE dans leur forme actuelle, constituent essentiellement des accords de libre-échange.
L'UE insiste sans cesse pour que les APE soient fondés sur une interprétation stricte des règles de l'OMC visant la suppression de toutes les entraves pour plus de 90% des échanges commerciaux entre l'UE et l'ACP, et ce dans des délais de transition les plus brefs possibles. L'UE exige, en outre, des négociations sur l'investissement, la concurrence, la facilitation du commerce, les marchés publics, la protection des données et les services. Pour les quatre premiers domaines précités, les pays ACP ont refusé de négocier à l'OMC, estimant qu'ils auront des conséquences négatives sur le développement. Sous prétexte d'un «partenariat pour le développement », l'UE est en train de réintroduire, au travers des APE, le programme libre-échangiste de l'OMC.
Malgré une forte réticence des pays ACP, la Commission européenne exerce de lourdes pressions économiques et politiques sur ceux-ci afin qu'ils se précipitent, sans préparation adéquate, dans des négociations de libre-échange sur les APE. Les voix qui se sont fait entendre en Europe et dans les pays ACP, pressant la Commission européenne de chercher d'autres options, ont tout simplement été ignorées. En raison de leur dépendance massive à l'aide au développement, les gouvernements ACP n'ont eu d'autre choix que de céder devant les exigences de l'UE visant à l'ouverture de leurs marchés aux produits et aux services européens. L'insistance assourdissante mise dans les négociations des APE sur la libéralisation des échanges démontre que ces négociations ne visent qu'à élargir l'accès de l'Europe aux marchés ACP plutôt qu'à assurer le développement des pays ACP.
Les efforts d'intégration régionale sont au cœur des stratégies de développement des pays ACP. Les APE vont mettre en danger le fragile processus d'intégration régionale et exposeront les producteurs des pays ACP à la concurrence déloyale de l'Europe sur les marchés internes et régionaux. Ils auront pour résultats l'augmentation du chômage, la perte de moyens d'existence, l'insécurité alimentaire et l'inégalité sociale. Les gouvernements ACP vont subir des pertes substantielles de revenus du fait de la suppression des droits de douane et continueront à souffrir des problèmes de fuites de capitaux associés à la libéralisation. La Commission européenne a beau soutenir que les APE sont des « instruments de développement », toutes les évaluations faites jusqu'à présent indiquent que le fardeau de l'ajustement aux APE sera exclusivement supporté par les pays ACP, y compris les PMA.
L'UE a réduit les objectifs d'éradication de la pauvreté et de développement durable de l'Accord de Cotonou de sorte qu'ils ne servent que ses propres intérêts de libéralisation du commerce et de l'investissement. Les APE augmenteront la domination et la concentration des entreprises, des biens et des services européens. Par conséquent, les APE aggraveront - et prolongeront - le déclin socio-économique et la fragilité politique qui caractérisent la plupart des pays ACP. Pour les pays ACP, des APE fondés sur des accords commerciaux réciproques n'ont aucun sens sur le plan économique ou du développement.
Par conséquent, nous rejetons ces «Accords de Partenariat Economique» tels qu'actuellement conçus.Depuis 2002, l'Union européenne (UE) et les pays de l'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) négocient des Accords de Partenariat Economique (APE) dans le cadre de l'Accord de Cotonou. Ces APE visent à conclure de «nouveaux accords commerciaux compatibles avec les règles de l'OMC en supprimant progressivement les entraves aux échanges» entre l'UE et les pays ACP, en se fondant sur «les initiatives d'intégration régionale des Etats ACP» et en encourageant «le développement durable et en contribuant à l'éradication de la pauvreté dans les pays ACP».
Les APE dans leur forme actuelle, constituent essentiellement des accords de libre-échange.
L'UE insiste sans cesse pour que les APE soient fondés sur une interprétation stricte des règles de l'OMC visant la suppression de toutes les entraves pour plus de 90% des échanges commerciaux entre l'UE et l'ACP, et ce dans des délais de transition les plus brefs possibles. L'UE exige, en outre, des négociations sur l'investissement, la concurrence, la facilitation du commerce, les marchés publics, la protection des données et les services. Pour les quatre premiers domaines précités, les pays ACP ont refusé de négocier à l'OMC, estimant qu'ils auront des conséquences négatives sur le développement. Sous prétexte d'un «partenariat pour le développement », l'UE est en train de réintroduire, au travers des APE, le programme libre-échangiste de l'OMC.
Malgré une forte réticence des pays ACP, la Commission européenne exerce de lourdes pressions économiques et politiques sur ceux-ci afin qu'ils se précipitent, sans préparation adéquate, dans des négociations de libre-échange sur les APE. Les voix qui se sont fait entendre en Europe et dans les pays ACP, pressant la Commission européenne de chercher d'autres options, ont tout simplement été ignorées. En raison de leur dépendance massive à l'aide au développement, les gouvernements ACP n'ont eu d'autre choix que de céder devant les exigences de l'UE visant à l'ouverture de leurs marchés aux produits et aux services européens. L'insistance assourdissante mise dans les négociations des APE sur la libéralisation des échanges démontre que ces négociations ne visent qu'à élargir l'accès de l'Europe aux marchés ACP plutôt qu'à assurer le développement des pays ACP.
Les efforts d'intégration régionale sont au cœur des stratégies de développement des pays ACP. Les APE vont mettre en danger le fragile processus d'intégration régionale et exposeront les producteurs des pays ACP à la concurrence déloyale de l'Europe sur les marchés internes et régionaux. Ils auront pour résultats l'augmentation du chômage, la perte de moyens d'existence, l'insécurité alimentaire et l'inégalité sociale. Les gouvernements ACP vont subir des pertes substantielles de revenus du fait de la suppression des droits de douane et continueront à souffrir des problèmes de fuites de capitaux associés à la libéralisation. La Commission européenne a beau soutenir que les APE sont des « instruments de développement », toutes les évaluations faites jusqu'à présent indiquent que le fardeau de l'ajustement aux APE sera exclusivement supporté par les pays ACP, y compris les PMA.
L'UE a réduit les objectifs d'éradication de la pauvreté et de développement durable de l'Accord de Cotonou de sorte qu'ils ne servent que ses propres intérêts de libéralisation du commerce et de l'investissement. Les APE augmenteront la domination et la concentration des entreprises, des biens et des services européens. Par conséquent, les APE aggraveront - et prolongeront - le déclin socio-économique et la fragilité politique qui caractérisent la plupart des pays ACP. Pour les pays ACP, des APE fondés sur des accords commerciaux réciproques n'ont aucun sens sur le plan économique ou du développement.
Par conséquent, nous rejetons ces «Accords de Partenariat Economique» tels qu'actuellement conçus.

vendredi, avril 20, 2007

ACTIVITES A METTRE EN OEUVRE :




ACTIVITES A METTRE EN OEUVRE :

a°) Activités de sensibilisation et de mobilisation :

- Marche sportive « Non aux APE »

- Exposition à la bibliothèque de l’UCAD sur la problématique des APE et ses effets néfastes sur l’Afrique

- Conférence pour la sensibilisation et la mobilisation contre les APE

- Concert « Non aux APE »

b°) Activités d’accompagnement :

- Distribution de tracts et pose d’affiches et de banderoles « Non aux APE » dans la ville de Dakar ;
- Signature de pétition contre les APE,
- Signature du livre d’or « Stop aux APE »
Pour plus d'informations : peacesenegal@yahoo.fr ou mfeussom@yahoo.fr

Termes de references JMCE 2007


Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale pour un commerce équitable

4 ème Edition

THEME

« Stop aux APE »


Qui ? La plate forme des étudiants africains pour un commerce équitable (PEACE)

Quoi ? Célébration de la journée mondiale pour un commerce équitable

Où ? à Dakar

Quand ? 09-12 mai 2007

vendredi, avril 06, 2007

Image de renforcement des capacités




LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL


mardi, avril 03, 2007

Atelier de Renforcement de Capacité des Jeunes - Programme







LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL

PROGRAMME DE L'ATELIER




Journée 1: Présentations et Mise à Jour des Enjeux
Session 1
09-10:30 Mot de bienvenue
Objectifs de l’atelier
Présentation des participants
Exposé des activités des participants (partage des forces et faiblesses)

10:30 – 10:45 Pause Café

Session 2
10:45 – 13:00 Présentation sur l’état des négociations
Rôle de la CEDEAO
Introduction sur l’OMC et le système commercial international

13:00 – 14:30 Déjeuner

Session 3
14:30 – 16:00 Présentation des campagnes des ONG régionaux (Oxfam, ENDA, Forum Social Mondial, etc.)
Méthodologie pour les cas pratiques

16:00 – 16:30 Pause: (les participants réfléchissent sur les scénarios possibles basés sur les informations reçues sur les APEs)

Session 4
16:30 – 17:30 Présentations des scénarios


Journée 2: Renforcement des Capacités (avec consultant)
Session 1
09:00 – 11:00 Formation sur: le plaidoyer, mobilisation populaire, organisations des activités

11:00 – 11:15 Pause Café

Session 2
11:15 – 13:00 Suite formation sur: le plaidoyer, mobilisation populaire, organisations des activités

13:00 – 14:30 Déjeuner

Session 3
14:30 – 16:00 Mise en situation des capacités acquises

16:00 – 16:15 Pause

Session 4
16:15 – 17:00 Suite mise en situation des capacités acquises



Journée 3: Planification Stratégique
Session 1
09:00 – 10:30 Développer un calendrier des événements dans la région
Regrouper des dates communes

10:30 – 10:45 Pause Café

Session 2
10:45 – 12:00 Identifier des activités communes
Exercice de ‘Brainstorming’ sur les méthodes de levée des fonds

Session 3
12:00 – 13:00 Travaille de groupe avec l’objectif de revoir les plans respectifs, d’identifier des partenaires et budgets pour mettre en œuvre les plans

13:00 – 14:30 Déjeuner

Session 4
14:30 – 16:00 Travail de coordination des activités

16:00 – 16:15 Pause

Session 5
16:00 – 17:00 Suite travail de coordination des activités


17:00 – 17:15 Clôture de l’atelier








Contact : Marc FEUSSOM : +221 544 19 82







Contact : Immeuble sis lot 171 fenêtre Mermoz Rue MZ 210
BP 7200 Dakar, Senegal / Email: http://www.oxfamamerica.org/
Tel: (221) 869 02 99 / Fax: (221) 824 29 55

Atelier de Renforcement de Capacités des Jeunes Pour la Mobilisation Populaire sur les APEs

LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL


Atelier de Renforcement de Capacités des Jeunes
Pour la Mobilisation Populaire sur les APEs
5-7 avril 2007, Dakar, Sénégal

Avec PEACE, AYCAH et OXFAM International

Termes De Référence

AYCAH International et PEACE, en partenariat avec OXFAM International, organisent du 05 au 7 avril 2007 à Dakar (Sénégal), un atelier de renforcement des capacités sur les Accords de Partenariat Economique (APE) négociés entre les pays ACP et l’Union Européenne.

Objectif général
L’objectif général de cet atelier, au-delà du renforcement de capacités des participants, est de permettre aux différentes organisations engagées dans la campagne « STOP APE » de partager leurs expériences et de travailler ensemble pour un plus grand impact de leurs actions dans le cadre de la campagne contre les APE sous leur forme actuelle.

Objectifs spécifiques :
· Approfondir les connaissances des participants sur les enjeux liés aux APE,
· Renforcer les capacités des participants sur les techniques de plaidoyer, de mass mobilisation et de levée de fonds,
· élaborer un plan d’actions commun au niveau sous régional d’ici décembre 2007

Résultats attendus
Au sortir de l’atelier :
· Les participants ont une plus grande connaissance sur la nature et le processus de négociations des APE
· Les capacités des participants sur les techniques de plaidoyer, de mass mobilisation et de levée de fonds sont renforcées et sont plus efficients dans leur lutte contre les APE
· Les organisations participantes disposent d’un plan d’action consensuel sous régional couvrant la période d’avril à décembre 2007.

Critères de sélection
Les personnes cibles (20) qui participeront à l’atelier proviennent de différentes organisations de jeunes engagés sur les questions liées au commerce, du Burkina Faso, de la Gambie, du Ghana, du Nigeria, du Gabon, de la Côte d’Ivoire, de la Sierra Léone, du Cameroun, de l’Ethiopie et du Sénégal.

Afin de prendre part à cet atelier, il est demandé aux organisations sollicitées de respecter les critères suivants :
· Le respect de la parité genre
· La transparence et le consensus dans le choix des participants
· L’expérience dans la mobilisation sociale

Chaque organisation devra faire une brève présentation (10 minutes maximum) sur sa mission, ses principaux partenaires, ses activités de campagne, ses forces et faiblesses. Les participants sont également invités à apporter des échantillons de supports de campagne ou brochures présentant leurs organisations et activités.

Suivi
Les participants sélectionnés s’engagent à :
· Organiser une restitution une fois de retour dans le pays d’origine
· Mettre en œuvre le plan d’action issu de l’atelier
· Envoyer des rapports d’activités à la fin de chaque évènement organisé dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d’action issue de l’atelier.


Contact : Immeuble sis lot 171 fenêtre Mermoz Rue MZ 210
BP 7200 Dakar, Senegal / Email: oxfamamerica@sentoo.sn
Tel: (221) 869 02 99 / Fax: (221) 824 29 55

vendredi, mars 09, 2007

LE PROJET REALISE EN 2006 PAR PEACE - Sénégal

Nous tenons ici à remercier tous nos partenaires pour la reussite de cette manifestation. Un CD vidéo, CD photo et une compilation " FAIR TRADE" existe en rapport à cette manifestation. Pour l'avoir, veuillez me contacter : J.Marc FEUSSOM ( peacesenegal@yahoo.fr) ou Tél. +221 544 19 82
Le Projet des JMCE 2006.

La Journée Mondiale pour le Commerce Equitable est célébrée chaque deuxième samedi de mai, et est approuvé par l’association commerciale de Foire internationale (IFAT), l’autorité globale sur le commerce de foire, constitue de 300 organismes dans 60 pays. Le 13 mai 2006, des manifestations commerciales justes, rassemblements, conférences et expositions de mode seront tenues partout dans le monde. Le thème de cette année « FAIR TRADE ORGANISATIONS NOW ».

Le thème de cette année s’articule sur le rôle unique des organisations pour le commerce équitable. Ces organisations s’étendent des groupes de producteurs et des compagnies commerciales équitables en passant aux détaillants. Le réseau commercial équitable est composé par le groupe de recommandation, syndicats, groupes de producteurs, ateliers de famille, magasins du commerce équitable, magasins d’Internet, compagnies de catalogues, établissements religieux, d’ONGS, de réseaux régionaux et nationaux. Cette journée mondiale pour le Commerce Equitable nous invite tous à célébrer les organisations du commerce équitable, des marchandises commerciales plus équitables, à l’achat par des magasins du commerce de foire, des catalogues de foire et des groupes commerciaux de campagne et à encourager les compagnies conventionnelles à vendre des produits commerciaux plus équitables.
Les organisations du commerce équitable sont spéciales parce que :

- leur raison entière d’être est l’équité dans le commerce
- elles visent à bénéficier les groupes marginalisés dans le Sud pour favoriser des voies par la capacité d’organisation, de construction, donnant l’aide technique et financière, établissant des rapports à long terme.
- elles font campagne et militent pour des échanges de foire de l’arène politique et d’affaires en soulevant la conscience du grand public.

C’est pourquoi, la Plate-forme des Etudiants Africains pour le Commerce Equitable (P.E.A.C.E) compte s’inscrire dans cette dynamique organisationnelle de ladite journée marquant la sixième édition ; cette logique adopté par toutes nombreuses organisations commerciales équitables dans le monde à travers d’activités qui seront axées au thème, d’une part et, d’autre part, des espaces d’échanges, de concertation qui marqueront l’actualité au plan mondial et profitable aux producteurs africains.

LES OBJECTIFS DU COMMERCE EQUITABLE :

Objectif global : Promouvoir le bien-être des producteurs « en améliorant leur accès au marché, en renforçant leur organisation, en payant un meilleur prix et en proposant une relation commerciale stable »

A court terme, il s’agit principalement d’offrir davantage d’opportunités aux travailleurs et petits producteurs des pays en développement, tout en contribuant au développement socio-économique de ces populations, par la stabilisation des revenus.

A long terme, le Commerce Equitable tend à influer sur les règles du commerce international dans le sens d’une plus grande droiture. C’est ce qu’on appelle le PLAIDOYER.

a°) Activités de sensibilisation et de mobilisation :

- Implanter un village du commerce équitable au COUD, en face de la salle
SOWETO ;

- Tenir une marche sportive pour le Commerce Equitable

- Organiser un CONCERT « Equi-Commerce » de musique au stade de Basket Ball de l’UCAD ;

- Organiser des ateliers et conférences assistés par une salle virtuelle de visioconférence permettant à réduire la distance et de faire participer tous les acteurs impliqués partout dans le monde ;

b°) Activités d’accompagnement :

- Distribution de tracts et pose d’affiches et de banderoles dans la ville de Dakar ;
- Signature de pétition pour un commerce équitable,
- Bulletin journalier du commerce équitable,
- Signature du livre d’or du commerce équitable.


DESCRIPTION DETAILLEE DES ACTIVITES :

LE VILLAGE DU COMMERCE EQUITABLE

C’est l’une des activités novatrices de cette troisième édition de la journée mondiale pour le commerce équitable. L’enjeu est de faire connaître aux étudiants et au grand public, les personnes qui sont à la base de notre économie mais aussi de créer un environnement propice aux échanges entre producteurs et consommateurs afin que chacun se rend compte des méfaits de l’iniquité qui existe dans le commerce tant au plan national qu’international. Il sera mis sur pied un espace d’EXPO-PROMO-VENTE avec l’implantation de stands de dernière génération.

LA MARCHE SPORTIVE POUR LE COMMERCE EQUITABLE

Cette activité est devenue une tradition à l’occasion des Journées Mondiales pour le Commerce Equitable (J.M.C.E), la marche sportive est un événement de mobilisation, elle est la marque d’organisation de la journée par PEACE. Elle débutera au village des organisations et acteurs du commerce équitable, s’ébranlera sur la route de la corniche ouest jusqu’à la porte du millénaire. Elle interpelle les autorités sur le rôle qu’ils ont dans l’établissement des règles d’un commerce équitable. La marche aura lieu le 13 MAI 2006.

LE CONCERT « EQUI-COMMERCE » DE MUSIQUE

Ce concert est placé sous le thème de la journée, elle aura lieu au stade de basket Ball de l’UCAD, elle permettra aux artistes de s’exprimer sur le commerce équitable mais aussi de faire la promotion des produits et services de nos sponsors et partenaires.

LES CONFERENCES ET LES ATELIERS :

Ils entrent dans un contexte de diffusion de la journée mondiale au niveau national et international. Cette 3ème édition, il est déjà administré un partenariat avec NKMSYSTEMS SENEGAL N° 01 du Voice Of Internet Protocole (VOIP) pour l’installation d’une salle virtuelle sous le nom «VISIO-CONFERENCE » qui permettra à toute personne intéressée de pouvoir participer aux débats.

LA DISTRIBUTION DE TRACTS ET POSE D’AFFICHES ET DE PANNEAU DE PRESENTATION NUMERIQUE :

Il s’agit d’une distribution de message illustratifs, Elle aura lieu au cours des 2 jours précédents la journée. Il est prévu de poser 1.000 grandes affiches et 1.000 moyennes et petites affiches dans le campus de l’UCAD et ses environs.
15.000 prospectus seront aussi distribués dans la ville de Dakar.
Outre la pose des affiches, il sera procédé à la pose de 5 banderoles qui annonceront l’évènement et présenteront le programme de façon sommaire. (2 pour le village du Commerce Equitable, 1 pour l’exposition, 1 pour le concert « Equi-commerce », 1 pour la marche sportive,).

Un panneau de présentation numérique de grande dimension sera installé devant l’université afin de mieux répondre aux attentes de nos sponsors et partenaires car, il s’agit ici, de bien présenter leurs produits et services pour une durée de trois jours.

SIGNATURE DE PETITIONS POUR UN COMMERCE EQUITABLE

La mobilisation, la sensibilisation des jeunes doivent avoir pour conséquence un regroupement dans le même idéal, la signature des pétitions pour un commerce équitable dans le monde est sans doute une des preuves de l’adhésion des personnes sensibilisées sur le sujet. 20 bénévoles et 4 leaders subiront une formation sur la pratique du recueil des pétitions en monde universitaire. Ils se chargeront de recueillir les pétitions ces trois jours

BULLETIN JOURNALIER DU COMMERCE EQUITABLE

Il sera édité chaque jour et distribué gratuitement, ce bulletin permet de revoir les grandes lignes, les analyses et les opinions éclairées dans la filière de l’équité dans le commerce, de la responsabilité sociale des entreprises et du rôle prépondérant du consommateur pour un commerce plus juste. Ce Bulletin sera lu par des leaders d’opinion de haut niveau dans les milieux d’affaires, les universités, la société civile et le secteur de l’investissement social.
L’équipe de rédaction sera composée de jeunes journalistes (CESTI, UCAD, Dakar) et étudiants en techniques de communication motivés et engagés.

NB : la dernière page sera toujours réservée à nos chers sponsors.


SIGNATURE DU LIVRE D’OR DU COMMERCE EQUITABLE

Un livre d’or sera ouvert pour les participants, les visiteurs et les invités de marque, une copie sera remis au gouvernement sénégalais afin de leur montrer l’intérêt que revêt l’équité dans le commerce pour les acteurs et l’impact sur le développement socio-économique du Sénégal.

http://www.ifat.org/current/wftd2006/index.shtml
LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL

PEACE ON en parle sur le net

What happened in 2005
DAKAR, 12 December 2005 - Three days before the opening of the WTO Ministerial in Hong Kong PEACE (Platform d'Etudiants Africain pour un Commerce Equitable/African student platform for fair trade) mobilized to demand that the Ministerial meeting attain commercial justice for the poor people of the world. The demonstration was held at the Cheikh Anta Diop University of Dakar on Saturday, December 10 where the student group distributed white bands for fair trade, led a petition signing campaign, and hosted a series of discussions informing fellow students about the problems of unfair trade. PEACE joined other GCAP (Global Call to Action against Poverty) activists around the world that mobilized for White Band Day 3 with the theme "Shedding Light on Trade Injustice".
This demonstration was among many the other mobilization activities that were held in West Africa in preparation for the WTO meeting in Hong- Kong. During the past few weeks numerous Oxfam International supported organizations presented petitions to their WTO representatives, and expressed their interest and concern about the outcome of the trade negotiations on the populations of West Africa. Recently, in Mali, the Association of African Cotton Producers (AProCA) presented Malian authorities with 2 705 365 signatures denouncing the unjust and exorbitant subsidies granted to American and European cotton producers.
PEACE was established in 2004 resulting from a gathering of students from various associations and nationalities that were concerned about the effects of trade injustice on African populations.


White Band Day 3

On 10 December PEACE, Platform d'Etudiants Africain pour un Commerce Equitable/African student platform for fair trade, held a demonstration at the Cheikh Anta Diop University of Dakar. Student groups distributed white bands for fair trade, led a petition-signing campaign, and hosted a series of discussions informing fellow students about the problems of unfair trade.

Source : ACTION MONDIALE CONTRE LA PAUVRETE : http://www.whiteband.org/Gcap/resources/photo_album/Gcap/regions/africa/sen/
LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL

Action de PEACE SENEGAL - BANDEAU BLANC

.... Journée du Bandeau Blanc 3: événements marquants....Le 10 décembre, troisième et dernière journée d’action du Bandeau Blanc en 2005, a vu des milliers d’activistes de l’AMCP du monde entier réaliser des actions pour exiger un commerce équitable en faveur des pauvres du monde.Journée du Bandeau Blanc 3: événements marquants. [plus...] Plus de 31 millions de personnes ont effectué des actions pour l’AMCP en 2005 – que ce soit en signant des pétitions, en participant à des mobilisations ou en portant un bandeau blanc. La Journée du Bandeau Blanc 3 a perçu un élan en réalisant des actions « pleins feux » dans plus de 80 pays – que ce soit dans des concentrations , des caravanes de peuples et dans des actions publiques – avec comme finalité de sortir le commerce injuste à la lumière publique.Evénements marquants :Afrique :Afrique du Sud : Le 10 décembre, SANGOCO et l’AMCP d’Afrique du Sud ont organisé une grande concentration pour le commerce injuste comme une violation aux droits humains. Dans l’auditoire, se trouvaient des réfugiés du Zimbabwe, des groupes de femmes et des organisations pour un commerce équitable et contre le HIV/SIDA. Les personnes sont arrivées avec dans leurs bras des fruits et des légumes pour montrer que l’agriculture en Afrique représente un thème fondamental au sein de l’OMC. Un orateur invité du groupe du commerce africain, SEATINI, a parlé du commerce équitable avec une certaine passion. Les produits agricoles ont été donnés aux réfugiés au moment où se terminait cette concentration.Kenya : Une série d’évènements animés ont eu lieu lors de la Journée du Bandeau Blanc 3 au Kenya. Une conférence de presse a été organisée avec des mannequins qui ont été maintenus « debout » contre la pauvreté par une multitude de personnes qui exigeait un commerce équitable et la protection des pauvres du Kenya dans les négociations de l’OMC. On a également braqué sur une énorme pancarte un faisceau symbolique de lumière.Une « Caravane de l’Espoir » dirigée par la coalition de syndicats de services publics et de réseaux de la jeunesse du Kenya a visité sept endroits informels à Nairobi, pour arriver à une quantité estimée à 50000 personnes. A la caravane s’intégraient de nombreux jeunes activistes et des groupes de théâtre chargés d’instruire et d’entretenir les lieux – les représentations théâtrales, les parodies et poèmes ont représenté l’événement dans sa totalité. La caravane a également collecté des signatures des citoyens du Kenya qui seront utilisées pour un tract publicitaire adressé à la délégation commerciale au retour de HongKong. Les événements ont eu une grande couverture médiatique.Malí: Face à la réunion de l’OMC, l’Association des Producteurs de Coton Africains (AproCA), a présenté 2.705.365 signatures devant les autorités du Mali, pour dénoncer les subventions injustes et exhorbitantes accordées aux cotonniers européens et américains.

Sénégal (photo): Le 10 décembre, PEACE, (Plate-forme d'Etudiants Africains pour un Commerce Equitable) a organisé une manifestation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Des groupes d’étudiants ont distribué des bandeaux blancs pour un commerce équitable, ont mené une campagne pour récolter des signatures et ont organisé une série de débats où ils ont informé leurs compagnons étudiants des problèmes liés au commerce injuste.

Sierra Leone : Une série d’événements ont marqué la Journée du Bandeau Blanc 3. Le 7 décembre, les stations de radio de Freetown ont diffusé des débats en relation avec le commerce injuste. Le 8 décembre, différents participants dont des agriculteurs, des commerçants, des associations de femmes, des syndicats et des associations de la société civile ont assisté à une grande mobilisation. Cinq groupes scolaires se sont joints à la mobilisation qui s’est agrandie à la lecture d’une pétition devant le Directeur Général et Secrétaire Permanent du Ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Sécurité Alimentaire. Le 10 décembre, un symposium a eu lieu auquel ont assisté des fonctionnaires clé et des participants de différents groupes de la société civile ; et durant lequel les résultats d’une recherche sur le dumping de riz et de poulet en Sierra Leone ont été présentés.Somalie : Des centaines de jeunes et de personnes intérieurement déplacées (IDP) ont porté des bandeaux blancs dans les trois centres urbains importants de la Somalie – districts de Mogadiscio, d’Afgoye et de Gossaso. Un auditoire estimé à un million de Somaliens a entendu les messages de la Journée du Bandeau Blanc 3 à travers la radio et la télévision.
... Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris… » écrivait Victor Hugo, avec on s'en doute, le bonheur et la fierté qui habitent la paternité... Pour nous, l’existence de la communauté francophone, permet de développer le dialogue entre le Nord et le Sud, entre l’Occident et le monde Africain Francophone, c'est une chance de renover des échanges à l’échelle mondiale. Les menaces d’uniformisation qui pèsent sur la diversité des langues et des cultures.Vous me permettrez, chers amis privilégiés de notre tribune d'echange CoopGabon, d'encourrager les uns et les autres dans ce parcours d'expression libre depuis déjà plus de 2 ans au Gabon, tout en espérant faire mieux qu'autre fois!Vous aurez compris que ce lapsus procède d'un prétexte pour évoquer l'idéal de l'humanisme francophone :
défendre l'indivisibilité du droit,
reprendre l'universalité de la justice,
étendre la culture de la paix,
rendre la dignité par la solidarité et le goût du travail,
comprendre que la démocratie et le développement ne sont ni une fatuité,
ni une impossibilité et enfin pourfendre cette idée d'une globalisation qui aiguise nos moyens de vivre et déguise nos raisons de vivre.
Ensemble pour un monde meilleur

LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL

jeudi, mars 08, 2007

Quinzaine du Commerce Equitable

Le kit pédagogique
La Quinzaine du Commerce Equitable se déroule dans toute la France jusqu'au 15 mai. Cette quatrième édition se donne pour objectif d'alerter les médias sur l'existence et la nécessité du commerce équitable et de partir à la rencontre d'un public plus large. Car si plus de la moitié des Français affirme " avoir déjà entendu parler du commerce équitable ", les organisations spécialisées savent que leur mission de promotion et de sensibilisation est loin d'être terminée. Pendant quinze jours, des dizaines d'associations, d'institutions et d'entreprises organisent des événements destinés à faire connaître le commerce équitable, sensibiliser le grand public sur la nécessité de replacer l'homme au centre des rapports Nord/Sud, et inciter à une consommation responsable. Le 8 mai a même été déclaré Journée Mondiale du Commerce Equitable. Programme.... " En 2003, la Quinzaine du Commerce Equitable aura mobilisé 115 associations ou collectifs, qui ont organisé 164 animations ; 18 000 brochures ont été distribuées et 1187 articles sont parus dans la presse sur tout le territoire ", se réjouissent les membres de la Plateforme du Commerce Equitable. L'édition 2004 s'annonce tout aussi riche .Max Havelaar organise une grande tournée : pendant deux semaines, huit producteurs venus spécialement des pays du Sud sillonneront la France pour expliquer le commerce équitable au grand public et démontrer quels sont les enjeux économiques et sociaux. Cette tournée sera ponctuée de huit soirées spéciales, à Paris, Lille, Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Strasbourg, Lyon et Nantes, parrainées par des personnalités connues du grand public comme Jamy Gourmaud, Yvan Le Bolloc'h, Jean-Pierre Coffe, Charlotte de Turkheim, Maïtena Miraben, John-Paul Lepers, Natacha Régnier, Catherine Laborde ou Bruno Solo. Parallèlement, Max Havelaar entreprend une " campagne nationale d'éducation au commerce équitable en direction des jeunes ", avec l'appui du Ministère de l'Education Nationale. Des intervenants vont entrer dans les écoles pour informer les élèves de collèges sur le commerce équitable, les pousser à réfléchir à l'intégration des pays en voie de développement dans l'économie mondiale, et les aider à éveiller un sens critique autour de nos modes de consommation. Les animateurs de Max Havelaar distribueront à ces élèves 7000 kits pédagogiques (composés de brochures pour les élèves et d'un livret-professeur) et leur proposeront de participer à un jeu-concours. La liste des gagnants sera rendue publique lors des soirées.
miseMaj('Les sites utiles','µ');
LES SITES UTILES
Pour la plate forme du commerce équitable, consultezhttp://www.commercequitable.orgPour le programme de l'Assocation Max Havelaar France, consultezhttp://www.maxhavelaarfrance.org
Pour les actions d'Artisans du monde, consultezhttp://www.artisansdumonde.org
L'association Artisans du Monde, qui vient de fêter ses " trente ans de commerce équitable ", organise dans ses 143 points de vente disséminés sur tout le territoire une multitude d'animations pour sensibiliser le public au commerce équitable. L'association profite également de la Quinzaine pour multiplier les actions d'éducation et donner aux jeunes comme aux adultes des clés pour mieux analyser la réalité actuelle des échanges économiques. L'accent est mis sur la responsabilité individuelle et collective, le développement de l'esprit critique et la promotion d'alternatives économiques, sociales ou politiques. Les 4500 bénévoles d'Artisans du Monde se rendront également dans les écoles, les collèges, les lycées et les facultés pour répondre aux questions des étudiants et sensibiliser les consommateurs de demain au pouvoir que représentent leurs actes d'achat. Ces actions en milieu scolaire bénéficient du soutien du Ministère de l'Education Nationale, qui a délivré à l'association l'Agrément national d'associations éducatives complémentaires de l'enseignement public.Artisans du Monde s'associe aussi à Interclub 17 pour la Semaine sur le Commerce Equitable, qui se déroulera du 11 au 16 mai, 47 rue de Saussure dans le 17e arrondissement à Paris. Cette association met à disposition du public un espace de documentation, et organise tout au long de cette semaine de sensibilisation une exposition de photos, des projections, des débats, des conférences, des dégustations ainsi que des spectacles de danse et de théâtre. Pour finir, le dimanche 16 mai de 14h à 17h, chacun pourra acheter des produits lors d'un " marché équitable ".Enfin, pour la troisième année consécutive, le 8 mai a été déclaré Journée Mondiale du Commerce Equitable. A Paris comme dans de nombreuses villes de province, les associations profitent de cette date-clé pour rendre compte de l'impact du commerce équitable sur les producteurs des pays du sud. La grande distribution s'associe également à la Quinzaine du Commerce Equitable. Les supermarchés Carrefour, Monoprix et Leclerc organisent des actions de promotion dans leurs magasins, avec une mise en avant pendant quinze jours des produits issus du commerce équitable. Pour connaître le programme évolutif de cette quinzaine, consultez le site de la plateforme du commerce équitable.
LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL

stage en recherche de subventions et de partenariats

EquiTerre recrute : stage en recherche de subventions et de partenariats
Par Jeanne-Marie, Jeudi 4 janvier 2007
Imprimer l'article

EquiTerre recherche un stagiaire : stage de fundraising (recherche de subventions et de partenariats), d’une durée de deux à trois mois, à partir de janvier 2007.
ous trouverez ci-dessous la fiche de poste détaillée et les informations de contact. Nous vous rappelons qu’EquiTerre ne propose pas de poste salarié.

Fiche de poste stage fundraising
Jeanne-Marie
Répondre à cet article (voir le forum ci-dessous)
LE SITE DE LA JOURNEE MONDIALE DU COMMERCE EQUITABLE 2007 - PEACE SENEGAL